CONTRIBUTIONS AFRIQUE OEUVRE ET LITTERATURE

La Première ligne de Preuve en Faveur d’une Origine Africaine: Ils appelaient leurs terres «Kamit», c’est-à-dire «la Terre Noire»

(Kamit, kemit)
La première ligne de preuve en faveur d’une origine africaine de la civilisation égyptienne vient des Egyptiens eux-mêmes. 
, et leur propre nom était «Kamiu», qui se traduit littéralement par «les Noirs». 
Leur mot pour les terres africaines au sud d’eux était « Khenti » – « Khentiu » désignant les peuples soudanais qui vivaient là – et c’est aussi leur mot pour « d’abord, avant tout, commencement, origine, chef ».igines.
Une autre preuve est trouvée le bateau du soleil commence son matin ou ascension orientale sur le côté gauche de la déesse du ciel Nut – qui est donc dans un ciel du sud la Somalie actuelle et le nord du Kenya – est désignée comme la patrie ancestrale.
Un mot pour l’Afrique intérieure, «yau», est le même que le mot «vieux», faisant de l’Afrique intérieure «le vieux pays» de l’immigration.
L’Afrique intérieure était aussi Ta-Neter, « la Terre des Dieux ». 
Tout ce qui concerne l’intérieur de l’Afrique a suscité chez les Egyptiens un sentiment de respect, de révérence et de nostalgie.
Une preuve supplémentaire des origines de l’Egypte vient de la généologie de Noé dans la Genèse.
Les trois fils de Noé sont Ham, Shem et Japeth, les ancêtres des trois branches principales de l’humanité connues des auteurs bibliques.
Ham est indubitablement l’ancêtre de la race noire; son nom vient de l’égyptien « kam » signifiant « noir ».
Ses fils sont Misraim (Egypte), Cush (Ethiopie), Canaan (Palestine) et Phut (Punt ou Afrique de l’Est).
Quoique allégoriques à un certain niveau, les auteurs de l’Ancien Testament reflétaient fidèlement les relations ethniques connues de l’Antiquité en plaçant les Égyptiens dans la branche noire ou africaine de l’humanité.
Les Egyptiens étaient des descendants de l’Africain noir en même temps l’Egypte était une société noire,Certaines de ces anciennes cultures kamit sont encore pratiquées aujourd’hui par les Africains ainsi que les vêtements traditionnels qu’ils porter.
tout ce la ne fait que ré confirmer les recherches de cheikh anta  diop.
1. le ndawrabine une dance traditionnel lébou (nut -ra bi)
2-Course de pirogue pratiquées au Sénégal par les lébou et d’autre pays africains Cameroun Ghana Togo etc etc
3-La lutte sénégalaise (làmb en wolof, njom en sérère) est un sport traditionnel très populaire au Sénégal, tout particulièrement dans les régions du Sine-Saloum et de la Casamance présent dans d’autre pays africains niger, Mali Burkina…
M.Sidibe.

Laisser un commentaire

[googleapps domain="docs" dir="forms/d/e/1FAIpQLScckL0fI_a78vmYtwF8WZg3xyXkDUBusEquhuOQrH2NPQ1kMw/viewform" query="embedded=true" width="640" height="768" /]