Actualité

Lettre Ouverte adressée au Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

Monsieur le Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation,
Permettez…

Le coronavirus a révélé que dans ce pays nous avons des chercheurs qui cherchent et qui trouvent mais aussi des autorités qui ignorent les résultats de ces chercheurs.
Nous sommes en guerre, comme vous avez l’habitude de le dire mais monsieur le ministre pour gagner une guerre il faut une bataille de terrain, des idées, de productions scientifiques, donc tous les moyens sont bons pour neutraliser l’ennemi invisible.

Ce que les universitaires ont compris très tôt en multipliant les travaux pour trouver des résultats et participer à l’effort de guerre. Mais hélas, nous sommes dans un pays où les autorités préfèrent laisser les résultats de leurs chercheurs dans les tiroirs au profit des chercheurs étrangers.
Monsieur le Ministre qu’en est –il des résultats trouvés :

• Par les chercheurs de l’EPT de Thiès en mettant en place des respirateurs artificiels ;
• Par des étudiants de l’ESP de Dakar en créant des robots ;
• Des jeunes informaticiens qui ont réussi à mettre en place des plateformes ( Afriboard) d’enseignements à distance pendant cette période de crise pour assurer la continuité des cours dans certains établissements privés.
• Des économistes qui proposent des solutions pour gérer la crise économique au moment où le président préfère quémander une annulation de la dette tout sachant qu’elle ne sera jamais gratuite.
• Des médecins dans les laboratoires dépourvus de moyens, travaillent d’arrache-pied à trouver des remèdes contre le COVID 19.

Toutes ces interrogations traduisent que nous sommes très loin de la réalité recherche et développement. La part consacrée à la recherche dans le budget des universités est dérisoire. Cette situation semble paradoxale si l’on sait que c’est de la recherche que dépend le développement. Une décision politique rationnelle doit être fondée sur des résultats pertinents de la recherche. Mais la réalité est loin de correspondre à cette vision idéale. Les théories de la croissance endogène intègrent les facteurs explicatifs du développement tels que le progrès technique, les rendements croissants, l’effort de recherche et la formation.
Le développement doit être endogène d’abord car pour se développer, une société doit rester elle-même, puiser ses forces dans sa culture et dans les formes de pensée et d’action qui lui sont propres

Monsieur le ministre, le chercheur n’attend pas que ces résultats lui apportent de l’argent mais sa satisfaction, c’est de les utiliser pour améliorer le bien-être de la population.
Au moment où des pays encouragent leurs chercheurs à trouver des solutions, nos autorités préfèrent des discours, une communication quotidienne chaotique « selon les examens virologiques, sur x tests y sont revenus positifs dont z contacts suivis et w communautaires », cette phrase devenue une chanson chez les enfants.
La grande île, Madagascar, nous montre encore le chemin et l’exemple à suivre.

Le réveil sera brutal et le nouvel ordre mondial restera toujours comme un rêve.
Bon Confinement

Dr. Mame Mor SENE
Enseignant chercheur

Laisser un commentaire

[googleapps domain="docs" dir="forms/d/e/1FAIpQLScckL0fI_a78vmYtwF8WZg3xyXkDUBusEquhuOQrH2NPQ1kMw/viewform" query="embedded=true" width="640" height="768" /]