Demande de Bourses de formation dans les Ecole de Formation du Sénégal. Postulez

« Qui sont-ils ? » I Valdiodio Ndiaye (1923-1984), l’homme du mémorable discours

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email

C’est à lui qu’est revenu l’honneur de prononcer le discours du gouvernement sénégalais le 26 août 1958 devant le Général De Gaulle à la veille du référendum de septembre 1958. Cet événement est l’un des faits les plus marquants de sa carrière politique freinée par son emprisonnement en 1962 en compagnie de Mamadou Dia.

L’histoire retiendra de lui un discours mémorable. Celui qu’il déclama un jour d’août 1958 devant le Général De Gaulle, à l’actuelle Place de l’Indépendance à l’époque appelée Place Protêt. Ce jour-là, en l’absence de Léopold Sédar Senghor et de Mamadou Dia, les deux chefs de l’exécutif, et en tant que ministre de l’Intérieur, il agite l’idée d’une indépendance du Sénégal à travers ses mots : « Nous disons indépendance, unité africaine, confédération ». L’homme qui clame ces slogans s’appelle Valdiodio Ndiaye. Il sera l’un des principaux artisans de l’indépendance du Sénégal et de la création de la Fédération du Mali.
Prince héritier du royaume des sérères guelewar, Valdiodio Ndiaye est né le 7 avril 1923 à Kaolack. Il effectue d’abord sa scolarité au lycée Faidherbe de Saint-Louis, puis poursuit de brillantes études juridiques à la Faculté de droit de l’Université de Montpellier où, avec une thèse intitulée « La notion de citoyenneté dans l’Union française », il décroche un doctorat en 1951. Sur le plan politique, il occupe d’importantes fonctions au Bloc démocratique sénégalais (Bds) et à l’Union progressiste sénégalaise (Ups). Devenu maire de Kaolack en 1960, il est nommé ministre des Finances en novembre 1962. Avec le président du Conseil, Mamadou Dia, et trois autres de leurs compagnons, Ibrahima Sarr, Joseph Mbaye et Alioune Tall, il est accusé de « tentative de coup d’État » en décembre 1962. Son destin bascule dans la tragédie. Condamné à 20 ans de prison en mars 1963, Valdiodio Ndiaye, qui a œuvré pour la liberté et prouvé son attachement aux valeurs démocratiques, tenu dans l’isolement le plus terrible, coupé de sa famille, sera finalement libéré au bout de 12 ans d’emprisonnement, le 27 mars 1974. Il reprend alors sa carrière d’avocat.
En 1981, il participe à la fondation du Mouvement démocratique populaire (Mdp) avec Mamadou Dia, mais s’éloigne de celui-ci en 1983 et rejoint le Parti socialiste (Ps). Lors de la présidentielle sénégalaise de 1983, il apporte son soutien au Président sortant Abdou Diouf. Valdiodio Ndiaye meurt l’année suivante, le 5 mai 1984. Il est inhumé à Kaolack, sa ville natale, dont il fut pendant longtemps le maire. Le plus grand lycée de Kaolack porte son nom.

Elhadji Ibrahima THIAM

(Cet article a été déjà publié en août 2015. Nous l’avons remis au goût du jour en commémoration de la date du 26 août 1958)

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email

Abonnez-vous pour ne rien rater

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 190 437 autres abonnés

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Récemment publiés

Campusen 2021

[googleapps domain="docs" dir="forms/d/e/1FAIpQLScckL0fI_a78vmYtwF8WZg3xyXkDUBusEquhuOQrH2NPQ1kMw/viewform" query="embedded=true" width="640" height="768" /]