Demande de Bourses de formation dans les Ecole de Formation du Sénégal. Postulez

Adji Bousso Dieng, chercheuse en IA chez Google, fondatrice de « The Africa I Know »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email

Adji Bousso Dieng, cette jeune femme sénégalaise née à Kaolack est à la Princeton School of Engineering. Elle est chercheuse en intelligence artificielle chez Google et fondatrice de ‘The Africa I Know » ( TAIK ), une plate-forme qui présente les Africains qui ont eu des carrières réussies.

Adji travaille dans un domaine de l’intelligence artificielle appelé modélisation générative. « Cela vous permet d’apprendre à partir des données sans avoir besoin de supervision », a-t-elle déclaré. « Les modèles génératifs ont de nombreuses applications dans le monde réel en ce qui concerne le traitement du langage naturel, la vision par ordinateur, les soins de santé, la robotique et dans une gamme de sciences. »

En plus de cela, Dieng a lancé The Africa I Know ( TAIK ), une plate-forme qui présente les Africains qui ont eu des carrières réussies; mettre en évidence comment les Africains tirent parti de la technologie pour résoudre les problèmes de développement – dans l’agriculture, la santé et l’éducation – et raconter l’histoire africaine racontée

«J’ai fondé TAIK pour dénicher les réussites de l’Afrique et de ses habitants et pour favoriser une conscience économique et sociale en Afrique», a-t-elle déclaré, ajoutant que les volontaires de TAIK sont un groupe de jeunes Africains enthousiastes venant de toutes les régions du continent et que le contenu est en anglais et en français.

Dieng dit que la crise du COVID-19 a accéléré ses plans de lancement de TAIK parce que plusieurs pays africains ont adopté la technologie pour lutter contre le virus COVID-19, avec succès, mais cela a été négligé dans les médias.

«Les réussites ne sont pas racontées: la majorité des gens ne savent pas grand-chose de l’Afrique et ont une vision négative du continent étant donné la façon dont il est dépeint dans les médias», a-t-elle déclaré, «Cette vision négative de l’Afrique a des répercussions importantes sur L’Afrique et ses habitants.  »

Dieng est née et a grandi à Kaolack, une région peu peuplée du Sénégal, où sa mère l’a inscrite dans le système scolaire public de Kaolack. Bien que la mère de Dieng n’ait pas terminé ses études secondaires, elle comprenait la valeur de l’éducation.

Après avoir remporté un concours organisé pour les filles africaines en STEM par la Fondation Pathfinder pour l’éducation et le développement, Dieng a reçu une bourse pour étudier à l’étranger. Dieng a poursuivi ses études en France et a obtenu un diplôme d’ingénieur de Telecom ParisTech en France et un Master en statistique de l’Université Cornell aux États-Unis.

Dieng dit qu’il est très important d’avoir une représentation féminine noire dans le monde universitaire.

« Je n’ai jamais eu de conférencier noir depuis que j’ai quitté le Sénégal, et encore moins une conférencière noire », a-t-elle déclaré, « j’ai appris à ne pas laisser cela me démotiver dans ma quête de connaissances, mais c’est beaucoup demander à tout le monde de faire. .  »

Dieng dit qu’elle était excitée parce qu’un jour, elle a recherché le nom derrière un théorème de statistique appelé le théorème de Rao-Blackwell , alors qu’elle était étudiante en première année de doctorat à l’Université de Columbia.

« J’ai recherché qui étaient les auteurs du théorème et j’étais au-delà de l’extase d’apprendre que Blackwell était noir! » elle a dit, « j’avais finalement trouvé un scientifique noir derrière l’un de ces théorèmes! »

Ce Blackwell était David Blackwell , le premier Afro-américain à obtenir un poste à l’UC Berkeley et le premier à être intronisé à l’Académie nationale des sciences des États-Unis.

« Il est important d’avoir des modèles, des modèles qui vous ressemblent et la représentation compte, car cela donne l’espoir et le courage de poursuivre ses efforts », a déclaré Dieng, « C’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai créé L’Afrique que je sais modèles de carrière qu’ils peuvent admirer.  »

Dieng est loin d’être la seule femme africaine à réunir la prochaine génération de leaders STEM. En Afrique du Sud, Mbali Hlongwane, a fondé Pink Codrs Africa, qui s’est associée à l’équipe de football sud-africaine Kaizer Chiefs Football Club pour inciter davantage de femmes africaines à coder et à faire carrière dans les STEM.

Hlongwane dit que Pink Codrs Africa est une organisation de femmes développeurs de logiciels qui est née d’une série d’événements de réseautage pour les femmes développeurs de logiciels. Il vise à créer un réseau solide de femmes développeurs de logiciels en Afrique du Sud, réunissant des développeurs de logiciels industriels, des femmes dans des entreprises technologiques et des étudiants en STEM.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email

Abonnez-vous pour ne rien rater

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 190 436 autres abonnés

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Récemment publiés

Campusen 2021

[googleapps domain="docs" dir="forms/d/e/1FAIpQLScckL0fI_a78vmYtwF8WZg3xyXkDUBusEquhuOQrH2NPQ1kMw/viewform" query="embedded=true" width="640" height="768" /]