Demande de Bourses de formation dans les Ecole de Formation du Sénégal. Postulez

Actualité education

LES ÉTUDES APRÈS LE BACCALAURÉAT

LES ÉTUDES APRÈS LE BACCALAURÉAT

Le Baccalauréat se présente toujours comme un examen de masse (155 109 inscriptions valides ont été enregistrées pour la session normale de l’examen du baccalauréat secondaire de cette année. Par rapport à la session de 2019, l’effectif a connu une légère baisse d’environ 3%.) qui donne accès à l’enseignement supérieur : universitésécoles de formation professionnelleécoles spécialiséesgrandes écoles de commerce ou d’ingénieurs etc.

Les choix d’études sont très variés et le nouveau bachelier s’oriente vers les filières de formations qui correspondent le mieux avec son profil littéraire, scientifique ou technique.

Disposer de 2, 3 voire 6 ou 8 années pour apprendre et pour acquérir des outils pour comprendre et agir sur son environnement, constitue une chance que l’on n’a pas le droit de gâcher.

Il s’agit, dans le contexte actuel, de ne pas subir ses études, mais de les construire, de ne pas être formé mais de se former.

Cette prise en charge, par soi-même, de sa formation et de son avenir commence par la prise en charge de son orientation.

S’en remettre au hasard, aux conseils fragmentaires des parents ou amis pour remplir à la hâte sa « demande d’admission » et laisser toute la responsabilité de la décision aux commissions d’admission, n’est pas une bonne solution.

Bien sûr, lorsqu’on est lycéen, il est difficile d’avoir des idées précises sur la vie active et les professions qui vous attendent, mais il est cependant possible de réduire les incertitudes, pour accroître sa marge de liberté et d’autonomie de choix.

PARTIR DE SOI.

La nécessité est de faire un bilan scolaire, année par année, matière par matière.

Cela suppose pour le nouveau bachelier qu’il se pose les bonnes questions :

  • Quelles sont mes faiblesses, et par conséquent les portes fermées, quelles sont les voies les plus largement ouvertes, celles qui seraient accessibles avec des efforts ?

  • Quelle est ma capacité de travail ? Suis-je autonome, c’est à dire capable de me prendre en charge et de mener des études en toute autonomie (comme à l’université) ou ai-je encore besoin d’un encadrement (comme au lycée) ?

  • Quelle est ma marge de liberté matérielle ? Aurai-je absolument besoin d’une bourse (voir chapitre «bourses») ? Quelles seraient les autres possibilités de financement de mes études ? Ma situation familiale m’incite-t-elle à vouloir être rapidement productif ou à viser le plus haut possible ?

Il faut tenir compte dans ce bilan de tout ce qui est extérieur aux motivations mais qui compte aussi dans la vie d’étudiant : âge, problèmes de logement, de transport, activités annexes (sport, mouvements de jeunes, etc.)

Enfin, essayez de préciser ce que vous aimeriez faire et/ou ce que vous n’aimeriez pas faire :

  • Travailler dans un bureau ou en plein air ;

  • Travailler seul ou en équipe ;

  • Exercer ou non des responsabilités importantes ;

  • Travailler en «manuel» ou sur « papier»

À ce stade, ces préférences ne vous apportent bien sûr que des indications, mais elles seront précieuses au moment des décisions. Une des choses, non pas la moins évidente est de prendre conscience de son potentiel et se fixer des objectifs.

Ensuite, c’est à ce stade que cette brochure va jouer un rôle important pour faire l’inventaire des choix possibles en tenant compte de certains critères restrictifs (série du Bac, âge, etc.) et d’autres comme la durée des études.

Bien sûr, les choix seront compliqués à cause des incertitudes à l’entrée (la sélection est souvent très dure) comme à la sortie (fluctuation du marché de l’emploi).

En fonction de votre projet personnel et de ces incertitudes, il faudra faire non pas un seul choix mais plusieurs, prévoir à chaque stade, des solutions de rechange, pour au besoin, se mettre en position d’utiliser au maximum les possibilités offertes.

Pour cela, nous vous rappelons ces quelques conseils pratiques :

  • Ne vous attachez pas uniquement au diplôme. Bien sûr, le diplôme sanctionne la fin des études, mais il n’est pas tout. Les employeurs recherchent plutôt l’efficacité que les titres (ils se plaignent souvent de ce que les titres ne soient pas toujours garants de cette efficacité);

  • N’oubliez pas que l’essentiel des études supérieures, au-delà de la somme des connaissances acquises, vise l’acquisition d’une méthode de travail, de capacités de réflexion et d’adaptation, de bases pour une formation permanente.

  • L’intérêt, le désir d’apprendre toujours plus, de devenir le plus efficace possible, d’accroître sans cesse sa valeur personnelle, ses compétences, devront être vos moteurs essentiels, votre ligne de conduite vers la réussite.

  • Enfin, vos études aussi théoriques et absorbantes qu’elles soient ne doivent pas vous couper de votre environnement puisque leur finalité en somme est de vous préparer à vous y insérer.

Laisser un commentaire

[googleapps domain="docs" dir="forms/d/e/1FAIpQLScckL0fI_a78vmYtwF8WZg3xyXkDUBusEquhuOQrH2NPQ1kMw/viewform" query="embedded=true" width="640" height="768" /]