Demande de Bourses de formation dans les Ecole de Formation du Sénégal. Postulez

Nouvelle vague du Coronavirus : <>

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email

Aprés plusieurs mois de fermeture dictée par le Covid-19, l’école sénégalaise a rouvert ses portes le 12 novembre 2020. Mais face à cette seconde vague de la pandémie, beaucoup plus virulente et agressive que la première, l’on pourrait craindre une nouvelle suspension des cours. Mais pour les syndicalistes de l’enseignement, ce serait alors catastrophique. << Si nous n’agissons pas tous ensemble, si aucun effort n’est fait, on risque d’aller vers une nouvelle fermeture, ce qui serait une catastrophe pour le système éducatif sénégalais, prévient Abdou Faty, Secrétaire général du Syndicat des enseignants libres du Sénégal ( Sels/A). Il faudrait que les autorités se ressaisissent. L’école n’est pas un îlot à labri dans la société, tout ce qui touche la société touche l’école par ce que c’est la société en miniature.>> Même son de cloche chez Saourou Sene du Syndicat autonome des enseignants moyen secondaire (Saems). << Envisager déjà l’arrêt des cours serait une défaite, nous devons tous nous battre pour plus de solidarité autour de l’école, plus de sécurisation de nos écoles à travers le respect du protocole sanitaire. Il faut que tous les acteurs prennent l’école comme une sur-priorité, étant entendu que c’est un lieu de rassemblement au quotidien. Ce n’est pas le moment d’envisager la fermeture des écoles, mais de travailler à ce que l’école continue, tout en étant en sécurité.>> Directeur exécutif de la Coalition des Organisations en Synergie pour la Défense de l’Education Publique (Cosydep), Cheikh Mbow rappelle que la fermeture ou l’ouverture des écoles relève de la responsabilité de l’Etat et des prérogatives du chef de l’Etat. << Ce que l’on constate c’est malgré l’alerte, l’école continue à fonctionner, et si l’école doit continuer à fonctionner, il y a un minimum en terme d’accompagnement qu’il faut garantir.>> Et selon lui, ils ont toutes les raisons d’être inquiets, d’autant plus qu’il y a le couvre-feu qui a été instauré de nouveau, ce qui montre que la situation est assez perturbante. << C’est un quart de la population qui se trouve à l’école, 4 millions c’est énorme, donc l’école doit être davantage protégée. Pour ce faire, il y a des actions à développer et des mesures globales à prendre pour accompagner l’école pour mener la lutte contre le Covid-19.>>

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email

Abonnez-vous pour ne rien rater

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 197 504 autres abonnés

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Récemment publiés

Campusen 2021

[googleapps domain="docs" dir="forms/d/e/1FAIpQLScckL0fI_a78vmYtwF8WZg3xyXkDUBusEquhuOQrH2NPQ1kMw/viewform" query="embedded=true" width="640" height="768" /]