education International

FRANCE – Sondage : les lycéens rejettent majoritairement la « laïcité à la française »

Dans une enquête inédite réalisée pour la revue « Le Droit de vivre » et la Licra, l’Ifop révèle une profonde fracture générationnelle.

Par Géraldine Woessner

YAHOO.FR

Le coup sera rude pour les partisans d’une laïcité « de combat » : leur idéal n’est plus porté par les jeunes générations. Dans un sondage commandé par la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), dont la revue consacre un numéro spécial à la laïcité, l’institut Ifop s’est penché pour la première fois sur la façon dont les lycéens perçoivent l’un des fondements de la République française, inscrit dans la constitution. Et les résultats de son enquête, réalisée en janvier auprès d’un échantillon représentatif de 1 006 lycéens selon la méthode des quotas, révèlent des fractures béantes. Plus d’un lycéen sur deux (52 %) se dit ainsi favorable au port de signes religieux ostensibles dans les lycées publics, soit deux fois plus que dans l’ensemble de la population (25 %). 49 % ne voient pas d’inconvénient à ce que les agents publics affichent leurs convictions religieuses. Et 38 % sont favorables à ce qu’une loi autorise les élèves à porter un « burkini » (une proportion qui atteint 63 % chez les seuls élèves scolarisés en REP, et 76 % chez les lycéens se déclarant musulmans).

Une courte majorité refuse le droit au blasphème

Ravivée par l’affaire « Mila », cinq ans après les attentats de Charlie Hebdo ayant suivi la publication de caricatures de Mahomet, la question du « droit au blasphème » clive une opinion lycéenne qui se dit désormais majoritairement opposée au « droit de critiquer une croyance, un symbole ou un dogme religieux ». 52 (…)

Notre objectif est d’assurer la meilleure expérience possible pour nos utilisateurs et de créer une communauté respectueuse de chacun. Nous travaillons à l’amélioration de cette expérience et pendant cette période, le module commentaires a la fin de nos articles n’est pas disponible. Merci de votre compréhension.

Les lycéens ont une vision de la laïcité “qui est en rupture” par rapport à celle de leurs “parents”, selon un sondage de l’Ifop pour la Licra

franceinfo

À l’occasion du numéro spécial de Droit de Vivre consacré à la laïcité, la Licra a commandé à l’Ifop une enquête* permettant de mieux cerner la place que les lycéens accordent aujourd’hui à la religion, le sens qu’ils donnent à la laïcité dans l’enceinte scolaire et leur point de vue sur le droit de “blasphémer” à la manière d’un journal satirique comme Charlie Hebdo. Les jeunes Français ont une vision de la laïcité “qui est en rupture et qui est beaucoup plus en ligne avec ce que l’on observe dans les pays anglo-saxons”, estime sur franceinfo, François Klaus, le directeur du pôle politique/actualités au département opinion de l’Ifop.

franceinfo : 52% des lycéens interrogés se disent favorables au port du voile au lycée. Est-ce une première ?

François Klaus : Oui, il y a un hiatus très net entre le point de vue de cette jeunesse scolarisée dans le second cycle du second degré et le reste de la population adulte, qui reste encore très réticente à cette forme de manifestation de la religiosité dans l’espace scolaire. Il y a clairement un clivage entre la jeunesse et le reste de la population sur ces questions.

Dans une enquête REDco il y a une dizaine d’années, on était encore sur un rejet majoritaire du port du voile et autres tenues religieuses et on sent que la jeunesse évolue de plus en plus vers une vision très inclusive de la laïcité dans laquelle celle-ci est réduite vraiment aux principes de neutralité de l’État, tout en étant vraiment associée à une grande (…)

Laisser un commentaire

[googleapps domain="docs" dir="forms/d/e/1FAIpQLScckL0fI_a78vmYtwF8WZg3xyXkDUBusEquhuOQrH2NPQ1kMw/viewform" query="embedded=true" width="640" height="768" /]