Actualité education

EDUCATION Préparatifs du Congrès des parents d’élèves à Dakar : Le comité d’organisation étale ses inquiétudes

Alors que le Congrès constitutif de l’Inter­na­tionale des parents d’élèves (Ipe) est prévu le 27 mars prochain à Dakar, le comité d’organisation est dans une incertitude totale. Sans soutien des autorités et des partenaires de l’école, l’Associa­tion des parents d’élèves redoute un fiasco et demande à l’Etat de réagir très rapidement.

L’inquiétude gagne les rangs. Après avoir décroché de haute lutte l’organisation du Congrès constitutif de l’Internationale des parents d’élèves (Ipe), le comité d’organisation nourrit des appréhensions sur la réussite de l’événement qui démarre le 27 mars prochain. «Si l’organisation ne réussit pas, ce sera la honte pour le Sénégal», a averti jeudi Abdoulaye Fané, président du comité d’organisation de ce congrès qui verra la participation d’associations de parents d’élèves d’une vingtaine de pays. A l’origine de cette mise en garde lancée à l’occasion d’un point de presse tenue hier à Rufisque, le faible engouement constaté chez les autorités et structures publiques sollicitées pour le bon déroulement de la rencontre. «Malgré une réaction tardive, le ministère de l’Education nationale nous a assurés d’un portage institutionnel de l’événement. Aussi, il s’est engagé pour la prise en charge de l’hébergement des délégations, de la restauration et de la salle qui doit abriter la conférence», a relevé M. Fané, en regrettant qu’il soit encore l’unique accompagnement enregistré pour l’heure. Il a, à ce propos, déploré le mutisme des ministères de l’Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle qui n’ont pas encore réagi aux correspondances envoyées, malgré leur statut de partenaires naturels dans ce domaine. «Nous appelons le Président Macky Sall (à nous soutenir), car c’est l’image du Sénégal qui est en jeu. On ne peut pas se battre pour que notre pays abrite cet événement et que l’Etat ne réagisse pas», a indiqué Thierno Ndao, autre membre du comité d’organisation siégeant aussi dans la coordination internationale mise en place pour préparer le congrès. «Le Maroc avait candidaté et assuré l’engagement de ses autorités pour accompagner le congrès. Il a fallu que nous mettions en œuvre toutes nos énergies pour faire passer la candidature du Sénégal», a-t-il tenu à rappeler. Au-delà même des autorités, MM. Ndao et Fané ont appelé les structures publiques et entreprises sollicitées pour le congrès à une prompte réaction pour assurer la réussite de l’événement de Dakar. Ce congrès qui va se dérouler sur trois jours fait suite à un plaidoyer lancé en 2016 par l’Union nationale des parents d’élèves et d’étudiants du Sénégal (Unapees), lors d’un congrès de la Fédération française des conseils de parents d’élèves de Marseille. Deux ans plus tard, 21 associations ont signé l’acte pour la mise en place de l’Ipe. Certaines parmi celles-ci feront le déplacement à Dakar tandis que d’autres vont participer en mode virtuel à cause du contexte de pandémie, ont noté les organisateurs.

Laisser un commentaire

[googleapps domain="docs" dir="forms/d/e/1FAIpQLScckL0fI_a78vmYtwF8WZg3xyXkDUBusEquhuOQrH2NPQ1kMw/viewform" query="embedded=true" width="640" height="768" /]