Alioune Tine : « Il faut réformer l’éducation générale, l’enseignement professionnel doit être une priorité »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email

Le Fondateur d’Africajom Center s’est invité au débat sur le chômage et le problème de l’emploi des jeunes qui a poussé le chef de l’Etat Macky Sall, à organiser jeudi dernier, un Conseil présidentiel sur la question. Alioune Tine a plaidé pour la réforme de l’éducation et le développement de la formation professionnelle.

« Il faut absolument réformer l’éducation et effectivement développer la formation professionnelle pour que les gens soient autonomes et puissent créer leur emploi. », a préconisé le défenseur des droits de l’homme, qui a souligné que : « L’enseignant général qui te permet de sortir et de ne pas savoir quoi faire de ta vie, c’est un problème». Par conséquent, a-t-il suggéré « l’enseignement professionnel doit être une priorité ».

Pour Alioune Tine, au Sénégal, « on ne travaille pas beaucoup sur l’économie verte. On va avoir de plus en plus de problèmes avec l’intelligence artificielle. Donc, il faut anticiper avec les technologies nouvelles ».

Autres propositions faites par l’invité du Jury du dimanche (Jdd) sur I-radio, ce 25 avril, c’est de voir ce qu’on peut faire dans le domaine de l’économie durable pour avoir « une qualité de la vie dont toutes les conditions pour l’avoir sont réunies ».

Au Sénégal, nous avons aussi la pêche, a-t-il rappelé. « Nous avons notre océan. Toutes nos ressources : minérales, foncières, ect. De plus en plus les gens viennent les prendre, on en profite pas », s’est-il désolé.

La grande question à se poser, d’après Alioune Tine, « c’est comment nous approprier de nos ressources pour que tout le monde en profite ».  « Parce que la plupart des gens qui vont en Europe ce sont des gens qui ne peuvent plus vivre de la pêche », a-t-il remarqué.

M. Tine de conclure : « Les accords de pêche, on doit les revoir et en même temps, voir la manière dont certains pays ou entrepreneurs étrangers utilisent les Sénégalais qui ont des bateaux de pêches ».

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email

Abonnez-vous pour ne rien rater

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 186 167 autres abonnés

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Récemment publiés

Campusen 2021

[googleapps domain="docs" dir="forms/d/e/1FAIpQLScckL0fI_a78vmYtwF8WZg3xyXkDUBusEquhuOQrH2NPQ1kMw/viewform" query="embedded=true" width="640" height="768" /]