Skip to content

Financement de l’éducation : La Cosydep veut des méca­nismes innovants et résilients

La Semaine mondiale de l’action pour l’éducation a été lancée hier sous le thème «Augmentation du financement de l’éducation pour un système éducatif résilient pendant et post Covid-19». Une occasion pour la Cosydep de plaider pour des mécanismes de financement innovants et résilients, mais aussi une rationalisation du financement de l’éducation au Sénégal.

Par Khady SONKO – La Semaine mondiale d’action pour l’éducation (Smae) a été lancée hier par la Coalition des organisations pour la défense de l’éducation publique (Cosydep) dont le thème est «Augmentation du financement de l’éducation pour un système éducatif résilient pendant et post Covid-19», en lien avec la campagne «Un million de voix». Selon le directeur exécutif de la Cosydep, cette semaine est l’un des principaux points de convergence du mouvement de la Société civile. «Elle offre aux coalitions nationales éducation l’occasion de déployer des efforts ciblés pour réaliser les changements sur le terrain», a soutenu hier Cheikh Mbow en conférence de presse. La semaine vise aussi à attirer l’attention des pouvoirs et partenaires sur l’impératif d’offrir à chaque enfant une éducation publique de qualité.
Il faut savoir que la phase 2 de la Smae 2021 consiste à provoquer une mobilisation cito­yenne du 3 au 15 mai prochain, qui permettra de recueillir des engagements et des témoignages sur la thématique et de produire un dépliant de plaidoyer. La troisième phase concerne le dialogue politique et stratégique qui sera marqué par l’organisation d’un forum le jeudi 20 mai autour du financement public de l’éducation, de ses mécanismes et contraintes, de la promotion du financement innovant, de la transparence et de la reddition des comptes et enfin la répartition équitable du financement de l’éducation. «Repenser le financement public de l’éducation est d’autant plus crucial que 1,5 million d’enfants sont aujourd’hui hors école en plus de la privatisation progressive de l’éducation et des déficits de tous ordres enregistrés (enseignants, équipements, tables-bancs, infrastructures, salles de classe, supports…)», a listé M. Mbow ; d’où la pertinence pour lui de plaider pour des budgets sensibles à l’équité, à l’inclusion et à la qualité.
D’après Cheikh Mbow, la prise en charge des impacts du Covid-19 nécessite non seulement l’augmentation du financement dédié au secteur, mais surtout sa rationalisation. «En effet, la question enseignante (revalorisation, motivation, pilotage), les exigences d’amélioration de l’environnement des apprentissages (sécurité, eau, hygiène, assainissement), ainsi que les déficits en infrastructures, équipements et supports pédagogiques réclament des financements conséquents», a souligné M. Mbow.
Le Sénégal a mis plus de 25% de son budget dans l’éducation, alors que sa part dans le monde est fixée à 20%. C’est au niveau de la rationalisation que le bât blesse. «Sur la taille du budget nous sommes champions, mais sur la répartition il y a encore des efforts à faire. L’autre aspect est la sensibilité du budget par rapport aux moins nantis qui se trouvent dans la profondeur du pays», a dit Cheikh Mbow.

Abonnez-vous pour ne rien rater

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 91 661 autres abonnés

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email

Concours les plus visités

Articles similaires

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bourses de Formation à Finama Business School

Récemment publiés

[googleapps domain="docs" dir="forms/d/e/1FAIpQLScckL0fI_a78vmYtwF8WZg3xyXkDUBusEquhuOQrH2NPQ1kMw/viewform" query="embedded=true" width="640" height="768" /]