Célébration de la Journée de l’Afrique à l’UGB.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email

La Coordination des Etudiants Etrangers de l’Université Gaston Berger de Saint louis (CEE) a célébré, le mardi 25 Mai 2021, la Journée de l’Afrique sur le thème « L’Afrique des indépendances à nos jours : Bilan d’une évolution socio-culturelle et éducative ». Le Professeur Babacar DIENG, Conseiller Spécial du Recteur empêché, a présidé la conférence animée par le Dr Ibrahima Sarr, Directeur adjoint de l’UFR CRAC et Monsieur Mouhamed Maiga, Historien. Elle a eu pour cadre le nouvel amphithéâtre de l’UFR CRAC.

L’ouverture de la conférence a été marquée par « une minute de silence » en les mémoires des martyrs de la décolonisation avant de rendre un vibrant hommage à ses héros qui ont luttés pour l’indépendance. Le Conseiller Spécial du Recteur est revenu sur les défis de l’Afrique, soulignant que notre cher continent doit compter sur sa jeunesse pour relever ses défis et assurer son développement. Le Professeur Babacar DIENG a insisté sur la place de l’Afrique dans ce nouveau monde où la recherche scientifique, la connaissance sont un tremplin vers une Afrique autonome et indépendante. Il a, entre autres solutions, préconisé une redynamisation de la jeune génération porteuse d’une nouvelle conception garantissant le développement de ce continent. En outre, il a prêché pour une forte présence de l’Afrique dans le monde, permettant à ce continent de jouer les premiers rôles. Il a félicité les organisateurs et magnifié leur engagement.

Le Docteur Ibrahima SARR, Directeur adjoint de l’UFR CRAC, a axé sa communication sur le piège de l’identité, prônant une Afrique indissociable et unie tout en dénonçant la balkanisation du continent causée par la colonisation. Il est aussi revenu sur trois concepts majeurs : la dépendance, l’indépendance et l’interdépendance en soulignant les désillusions et les tragédies causées par l’avénement des indépendances. Il a rappelé la nécessité de déconstruire cette Afrique hérité du colon en sauvegardant nos valeurs et cultures. La sauvegarde et la préservation de l’identité collective est un impératif pour la pérennisation de notre héritage culturel et éducatif, créant une Afrique prospère, souveraine, et dépassant les cloisonnements. M. Sarr a préconisé une vulgarisation des langues nationales et des nouvelles technologies, vecteur d’une Afrique nouvelle et ouverte sur le monde. La pensée africaine est, selon lui, incarnée par l’UFR CRAC qui symbolise la survie de la culture africaine à travers ses enseignements. Enfin, il a insisté sur l’enracinement et l’ouverture prôné par le poète et président Léopold Sédar SENGHOR, et en mettant l’accent sur la nécessité de renforcer notre rapport au monde d’aujourd’hui pour dépasser les crises actuelles et instaurer un idéal africain.

Les étudiants ont apporté leurs contributions et sollicité des éclaircissements. Ces moments d’échanges entre l’intervenant et le public ont mis fin à la conférence.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email

Abonnez-vous pour ne rien rater

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 186 138 autres abonnés

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Récemment publiés

Campusen 2021

[googleapps domain="docs" dir="forms/d/e/1FAIpQLScckL0fI_a78vmYtwF8WZg3xyXkDUBusEquhuOQrH2NPQ1kMw/viewform" query="embedded=true" width="640" height="768" /]