Retrait du Diplôme de bac : Le long parcours d’un parchemin

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Le retrait du diplôme du baccalauréat est un véritable cauchemar pour certains étudiants. Depuis des années, ils attendent qu’on leur délivre leur sésame.
Au «Service Diplôme» de l’Office du Bac, situé entre l’Ucad II et le département d’Odontologie, on se croirait dans une foire de paperasse. Les diplômes déjà confectionnés sont visibles partout : sur les tables, dans les boîtes à archives et dans les rayons. Six agents de l’Office du bac, de plain-pied dans le travail, se chargent de les classer par année d’obtention et par ordre alphabétique. Un homme, en blouse bleue, range des piles de documents. À côté de lui, une dame voilée, trie, avec ses mains expertes, des diplômes fraîchement réceptionnés.
Mme Fall, Diabou Sarr à l’état civil, est la responsable dudit service. Elle a l’air débordée. À chaque fois qu’un impétrant se présente, elle fait la recherche de son diplôme, procède à la vérification d’identité avant de délivrer le sésame. Une gymnastique qui démarre à 8h30 et, parfois, se termine tard dans la soirée. «On travaille sans arrêt. Du lundi au jeudi, nous délivrons, chaque jour, en moyenne, 200 diplômes», renseigne-t-elle. Elle défait son foulard, le refait à la minute et poursuit ses explications. Elle indique que le travail n’est pas aisé. Il est fastidieux, fatigant et demande beaucoup de concentration. «Après la production des diplômes, nous les vérifions avant de les mettre dans des paquets de trente. Ces derniers sont rangés dans des malles qui prennent, chacune, 100 bordereaux. Elles sont par la suite acheminées au Rectorat pour la signature du recteur», explique-t-elle. Elle ajoute que plusieurs vérifications sont faites avant de délivrer le diplôme pour éviter des erreurs. «Nous vérifions un à un les diplômes. La Direction des affaires juridiques de l’université vérifie avant et après la signature du Recteur. Tout doit être en règle avant de remettre le diplôme», explique-t-elle. De l’avis de Mme Fall, les lenteurs qui étaient notées dans la confection des diplômes ne sont plus à l’ordre du jour. Elles ont été résolues. «Il n’y a plus de demandes de retrait en instance. Elles ont, toutes, été prises en compte. C’est seulement leur signature qui fait défaut, et le Recteur fait des efforts considérables à ce niveau. Tout ce que vous voyez ici, ce sont des diplômes qui sont prêts. Mais leurs propriétaires ne viennent pas les récupérer», souligne-t-elle non sans indiquer que ce que les gens racontent est l’opposé de ce qu’ils font.
𝐒𝐨𝐮𝐥𝐚𝐠𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭 𝐝𝐞 𝐫𝐞𝐜𝐞𝐯𝐨𝐢𝐫 𝐬𝐨𝐧 𝐝𝐢𝐩𝐥𝐨̂𝐦𝐞
L’endroit est animé. Les va-et-vient des étudiants sont incessants. Ils sont plus d’une centaine sur place. Les uns sont venus chercher une attestation spéciale, les autres sont présents pour récupérer leur diplôme. Ces derniers se sont massés devant la porte du «Service Diplôme». Munis de leurs pièces d’identité, d’aucuns sont debout dans le rang, tandis que d’autres sont assis sur les bancs. Ils attendent leur tour. Après une trentaine de minutes d’attente, Fatoumata Sané accède à l’intérieur et en ressort une dizaine de minutes plus tard, son diplôme entre les mains. Elle a le visage heureux. «Enfin», se soulage-t-elle avec un brin de sourire. Basée au Fouta où elle sert en tant que comptable, elle a reçu notification de la disponibilité de son diplôme, il y a deux mois, alors qu’elle avait fait la demande en 2014. À l’époque, elle était en deuxième année au département de Lettres modernes (Lm) à la Flsh. «C’est un plaisir de recevoir son diplôme. Je vais en faire plusieurs copies légalisées que je vais soigneusement garder pour les concours. J’ai raté deux concours, parce que je n’avais pas mon diplôme encore moins une attestation spéciale. J’étais dans le Fouta et ceux à qui j’avais chargé de m’en trouver n’avaient pas de temps. Désormais, je n’aurais plus de problème pour déposer à un concours ou un poste de travail», se réjouit-elle.
𝐋𝐚 𝐝𝐢𝐟𝐟𝐢𝐜𝐮𝐥𝐭𝐞́ 𝐝𝐞 𝐝𝐢𝐬𝐩𝐨𝐬𝐞𝐫 𝐝𝐮 𝐩𝐫𝐞́𝐜𝐢𝐞𝐮𝐱 𝐬𝐞́𝐬𝐚𝐦𝐞
Auparavant, au campus social où nous sommes rendus, des étudiants sont assis sur les banquettes faisant face au pavillon D du campus social de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad). Ousmane Ka et Sidy Diop, en master 2, respectivement à la Faculté des lettres et sciences humaines (Flsh) et à la Faculté des sciences juridiques et politiques (Fsjp) discutent sur les violences au sein du temple du savoir. Ces deux amis ont un dénominateur en commun : ils peinent tous les deux à récupérer leur diplôme du bac.
Le bac en poche en 2011, ils ont, deux ans plus tard, fait la demande de retrait de leur diplôme. Hélas, ils prennent toujours leur mal en patience. Le sésame n’est pas encore prêt. «À chaque fois que je vérifie sur la plateforme de l’Office du bac, on me dit que le diplôme n’est pas encore disponible», dit Ousmane Ka. La même réponse est servie à Sidy Diop. Cela fait 8 hivernages qu’ils s’impatientent.
À l’instar de ces deux étudiants, nombreux sont ceux qui ont eu leur bac depuis des années, mais qui n’arrivent pas à entrer en possession de leur diplôme. Une situation qui, parfois, n’est pas exempt de préjudice.
À défaut de disposer du diplôme, il faut pour participer aux concours, une attestation spéciale, moyennant un montant. «J’ai eu à payer 3000 FCfa pour avoir des attestations spéciales, parce que je devais faire les concours de la Police, de la Gendarmerie et le Greffe. Si mon diplôme m’avait été remis à temps, je ne dépenserais pas autant d’argent», regrette le juriste en herbe. Son ami Ousmane Ka de renchérir : «Je me demande parfois si l’Office du bac ne retarde pas la confection des diplômes pour gagner plus de sous sur les attestations spéciales».
…………………………………………………………………………………………………………………………
𝐒𝐎𝐂𝐄́ 𝐍𝐃𝐈𝐀𝐘𝐄, 𝐃𝐈𝐑𝐄𝐂𝐓𝐄𝐔𝐑 𝐃𝐄 𝐋’𝐎𝐅𝐅𝐈𝐂𝐄 𝐃𝐔 𝐁𝐀𝐂 : «𝐈𝐥 𝐧’𝐲 𝐚 𝐩𝐥𝐮𝐬 𝐝𝐞 𝐝𝐢𝐩𝐥𝐨̂𝐦𝐞𝐬 𝐞𝐧 𝐬𝐨𝐮𝐟𝐟𝐫𝐚𝐧𝐜𝐞»
Si dans le passé des retards ont été notés sur la délivrance des diplômes, tel n’est plus le cas depuis 2018. C’est du moins l’assurance donnée par le Directeur de l’Office du bac, Pr Sossé Ndiaye.
Depuis 2018, les lenteurs relatives à la délivrance des diplômes de bac sont devenues de vieux souvenirs. L’assurance est donnée par le Directeur de l’Office du bac, Pr Sossé Ndiaye, trouvé dans son bureau. «Quand on prenait la Direction de l’Office du bac, il y avait plus de 600.000 diplômes qui étaient en souffrance. On s’est dit que pour régler le problème, il faudrait, dès qu’on termine l’examen de 2018, produire les diplômes de tous les admis», a affirmé le Directeur de l’Office du bac, soulignant que cela a été fait.
Cependant, après la production des diplômes, il faut les envoyer au Rectorat pour signature du Recteur. Et les choses se ralentissent à son niveau. Il lui faut beaucoup de temps pour signer les diplômes. C’est sur ces entrefaites qu’une nouvelle stratégie a été adoptée. Elle consiste à sécuriser le papier pour ne plus avoir besoin d’une signature manuelle. «On a automatisé la signature sur du papier qui, lui-même, est sécurisé. Le recteur s’est doté de deux robots pour signer les diplômes, mais malgré tout, ça prend du temps parce qu’il y a des dizaines de milliers de diplômes», a fait remarquer le Directeur qui, tout de même, rassure qu’il n’y a plus de diplômes en souffrance. «On ne peut pas parler de diplôme en souffrance de 2020 ou de 2019. Il y a juste un stock de diplômes qu’il faut évacuer. Il s’agit des demandes qui ont été faites avant 2018», renseigne le Directeur de l’Office du bac.
Le Soleil
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email

Abonnez-vous pour ne rien rater

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 186 276 autres abonnés

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Récemment publiés

Campusen 2021

[googleapps domain="docs" dir="forms/d/e/1FAIpQLScckL0fI_a78vmYtwF8WZg3xyXkDUBusEquhuOQrH2NPQ1kMw/viewform" query="embedded=true" width="640" height="768" /]