Education – Tenues scolaires, indiscipline à l’école, revendications des enseignants… : Hamath Suzanne Kamara assène ses vérités

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email

Hamath Suzanne Kamara estime que «la priorité» est ailleurs que de consacrer 30 milliards de francs Cfa à un programme qui consiste à doter les élèves de tenues scolaires. «Nous ne sommes pas contre l’initiative, mais nous estimons que ce n’est pas la priorité pour le moment. Ces 30 milliards de nos francs pouvaient servir à résorber le gap des abris provisoires ou construire de nouvelles salles de classe», soutient Hamath Suzanne Kamara, secrétaire général du Syndicat des enseignants du préscolaire et de l’élémentaire (Sepe), qui tenait une conférence de presse avec ses autres camarades enseignants au siège de la Confédération nationale des travailleurs (Cnts).
Intervenant sur un autre aspect touchant ces temps-ci le secteur de l’éducation, il n’a pas manqué de s’en prendre «à l’indiscipline et à la violence qui ont fini d’écorner le visage de l’école cette année». C’est ainsi que M. Kamara livre une recette pour mettre fin à ces «tares» qui sont en train de gangréner le milieu scolaire. «Nous avons assisté à des écarts de comportements et des cas d’indiscipline qui doivent être sanctionnés et bannis de l’école. C’est pourquoi nous estimons qu’il faut davantage insister sur l’enseignement des disciplines comme l’éducation civique, morale ou sanitaire. Des matières qui rappellent à l’élève   la conduite à tenir dans la société», prône le syndicaliste.
Se projetant sur la prochaine rentrée scolaire, il demande au gouvernement de la «préparer dès maintenant» en prenant les mesures idoines pour faire du «Ubi tay jang tay» une réalité. Hamath Suzanne Kamara en profite pour interpeller l’Etat du Sénégal «sur les revendications qui n’ont pas été satisfaites avec les lenteurs administratives liées au reclassement, au crédit Dmc, le système de rémunération, la surimposition devenue un lourd fardeau pour les enseignants, malgré la volonté affichée du Président Macky Sall, qui avait annoncé la baisse de celle-ci, sans que cela ne soit ressenti par les bénéficiaires», dit M. Kamara. Qui demande au gouvernement de reprendre les négociations avec le syndicat des enseignants non sans inviter «le G7 et le G20» à faire bloc pour porter les préoccupations des enseignants.
Soulignant que «le protocole de 2014 avait pris en compte toutes ces revendications et que les négociations devaient permettre d’aboutir à la réalisation de ces projets avec la poursuite du monitoring», le syndicaliste de constater que «l’écrasante majorité des enseignants n’est pas satisfaite de Macky Sall». Aussi, Hamath Suzanne Kamara a-t-il fait porter la responsabilité à trois ministre de la République, à savoir «les ministres Mamadou Talla, Abdoulaye Daouda Diallo et Marième Sarr» en leur reprochant de n’avoir rien fait pour faire bouger les choses.
ambodji@lequotidien.sn

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email

Abonnez-vous pour ne rien rater

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 186 181 autres abonnés

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Récemment publiés

Campusen 2021

[googleapps domain="docs" dir="forms/d/e/1FAIpQLScckL0fI_a78vmYtwF8WZg3xyXkDUBusEquhuOQrH2NPQ1kMw/viewform" query="embedded=true" width="640" height="768" /]