Demande de Bourses de formation dans les Ecole de Formation du Sénégal. Postulez

Université

EDUCATION : UN UNIVERSITAIRE APPELLE À ’’ÉLOIGNER LE SPECTRE’’ DE LA LONGUE GRÈVE DES ENSEIGNANTS

L’universitaire et écrivaine Andrée Marie Diagne, a appelé les acteurs de l‘éducation à ‘’éloigner le spectre’’ de la longue grève des enseignants, qui a mis en détresse les élèves du pays pendant trois mois.
‘’Il faut éloigner ce spectre, il faut que nos élèves ne soient pas en détresse, nous sommes responsables de leur avenir’’, a dit Andrée Marie Diagne, lors de la cérémonie d’ouverture de la 5-ème édition du Salon international du livre de Thiès (SILT), dont elle est la marraine.
L’ouverture de cette rencontre initiée par Fama Editions, en collaboration avec l’Association sénégalaise des éditeurs, a enregistré une forte présence d’enseignants, d’élèves et de personnalités du monde littéraire.
‘’Nous enseignants étions hors des classes, mais ce sont les élèves qui réclamaient notre retour dans les classes. Où avez-vous vu ça, chers collègues ? c’est un évènement terrible, un moment terrible que nous avons vécu et nous ne souhaitons pas que de telles choses se renouvellent !’’, a regretté Andrée Marie Diagne.
Soulignant que la raison d’être des enseignants est de ‘’prendre en charge’’ la jeunesse du pays, même si leur condition est ‘’difficile’’, elle s’est souvenu qu’après avoir obtenu son CAES, avec deux maîtrises en poche, elle ‘’ne gagnait pas 100.000 francs’’.
‘’Et nous ne faisions pas plus de trois jours de grève dans l’année, et quand il y avait trois jours de grève, c’était un évènement’’, a-t-elle poursuivi, non sans s’interloquer : ‘’mais trois mois de grève, vous imaginez ça !’’.
Celle qui a formé plusieurs générations d’enseignants à l’Ecole normale supérieure (ENS), devenue faculté des sciences et techniques de l’éducation et de la formation (FASTEF), où elle intervient toujours après sa retraite, invite les syndicats d’enseignants à ‘’savoir négocier’’ et à ‘’chercher d’autres moyens de lutte’’.
Pour elle, l’arbre à palabres africain doit être mis à profit pour arriver au consensus et ‘’sauver notre société, notre jeunesse, notre école’’.
L’universitaire a souligné le plaisir de voir ses anciens élèves réussir et occuper de hauts niveaux de responsabilité, évoquant à titre d’exemple, celui de son époux le professeur Mame Moussé Diagne de retrouver lors de cette cérémonie, l’actuel maire de Thiès qui était son étudiant au département de philosophie de l’université Cheikh-Anta-Diop de Dakar.
Pour sa part, elle avait à ses côtés Demba Faye, le directeur de cabinet du ministre de la Culture et de la Communication, qui était son élève au lycée Van-Vo.

Laisser un commentaire

[googleapps domain="docs" dir="forms/d/e/1FAIpQLScckL0fI_a78vmYtwF8WZg3xyXkDUBusEquhuOQrH2NPQ1kMw/viewform" query="embedded=true" width="640" height="768" /]