Le maire de la commune de Dakar-Plateau, Alioune Ndoye, dénonce la fermeture de l’école Amadou Assane Ndoye. Lors d’un point de presse hier, l’édile socialiste a exigé plus de respect de la part de l’Etat envers les populations de sa commune.

Le torchon brûle entre la mairie de Dakar-Plateau et le ministère de l’Education nationale. A l’origine du litige, la fermeture de l’école Amadou Assane Ndoye par les services du ministère de tutelle. Le maire socialiste, Alioune Ndoye, qui est monté hier au front, dénonce une forfaiture. ‘’Aucune gêne de mener une telle démarche de spoliation’’, s’est-il scandalisé.

L’édile socialiste dénonce ainsi un manque de considération des services du ministère de l’Education nationale envers les élus, représentants légitimes des populations de Dakar-Plateau.

Selon le secrétaire national à l’éducation et à la formation, directeur de l’école du Parti socialiste, l’Etat n’a pas respecté l’article 13 du Code général des collectivités territoriales, étant donné que l’éducation est un domaine de compétence transféré aux collectivités locales.

Cette décision des services du ministère de l’Education nationale est considérée comme une ‘’nouvelle agression’’ de la commune de Dakar-Plateau. Son maire accuse les autorités de considérer le lieu uniquement comme ‘’une grosse sphère administrative, un souk commercial, un simple parc de services à venir chercher sans aucune existence réelle des habitants qui y vivent, y étant nés et y comptant leurs aïeuls’’. Alors que les autorités de la ville ont demandé au ministère de l’Economie et des Finances, et celui du Budget plus d’espace pour aménager des infrastructures et des équipements sociaux de base, les locaux de l’école Amadou Assane Ndoye sont affectés à une organisation non gouvernementale, selon Alioune Ndoye. ‘’Voilà pourquoi, depuis deux ans, nous n’avons pas investi dans la réhabilitation de certaines écoles’’, dit-il.

Les populations de Dakar-Plateau, à travers leur maire, demandent une meilleure considération de leur commune et leur implication dans des projets concernant la localité. Car, disent-elles, l’Etat ne peut pas développer les projets au profit de la population, en dehors de la commune.

Joint au téléphone par ‘’EnQuête’’, l’Inspection de l’éducation et de la formation (Ief) de Dakar-Plateau n’a pas voulu s’exprimer sur le sujet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici