Déclaration du Bureau Confédéral de la CSA

0
430

Réuni en session ordinaire le 15 Septembre 2018 à Dakar, le Bureau Confédéral de la CSA,
a examiné entre autres, la situation du monde du travail et le traitement fait des
revendications syndicales par le Gouvernement.
La CSA constate avec regret et indignation la dégradation continue du statut et des
conditions de vie des travailleurs, avec l’accroissement exponentiel des emplois précaires et
des effectifs du secteur informel.
Il s’y ajoute la violation flagrante des droits de travailleurs victimes d’arbitraire par le refus
d’exécution des décisions de justice à leur profit, au mépris des principes de l’Etat de droit.
De même, les travailleurs et les couches populaires continuent de ressentir
douloureusement la vie chère et le chômage massif surtout les jeunes, en dépit du taux de
croissance économique qui aurait atteint les 7% en 2017.
Néanmoins, quelques modestes conquêtes sociales méritent d’être signalées, il s’agit : du
relèvement du taux horaire du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) et de
l’ouverture de négociations pour l’élaboration ou la révision de conventions collectives en
faveur des travailleurs de divers secteurs (gardiennage, nettoiement, enseignement privé,
boulangerie, médias, pétrole et gaz etc.).
Malgré tout, la CSA exige la finalisation des négociations sur l’augmentation des salaires
dans le secteur privé.
Analysant la situation dans le secteur public, la CSA s’indigne et condamne le dilatoire
persistant du Gouvernement dans l’application des accords signés avec de nombreux
syndicats de branche. Cette mauvaise volonté chronique du Gouvernement a fini d’installer
la récurrence des grèves des travailleurs, en définitive, elle jette le discrédit et fragilise des
services publics de base dont le fonctionnement est indispensable au bien-être des
populations.
C’est dans ce contexte trouble que s’est tenu l’atelier de partage de l’étude sur le système de
rémunération et de motivation des agents de la Fonction Publique, en vue de sa révision
dans un esprit de justice, d’équité et d’équilibre dans le traitement salarial des agents. Hélas,
force est de constater que cet atelier n’a point répondu aux attentes des travailleurs, à cause
du document de travail tronqué parce que débarrassé des propositions qui orientent vers la
prise de décision.
Tout en condamnant une telle démarche, la CSA exige du Gouvernement la mise à
disposition à temps de tous les documents indispensables et la création de toutes les
conditions nécessaires pour des négociations sérieuses et concluantes dans des délais
raisonnables, sur cette revendication fondamentale qui intéresse plus de 130 000 travailleurs
et dont la solution conditionne l’avènement d’une paix sociale durable.
En tout état de cause, il revient aux centrales syndicales en particulier, de se mobiliser dans
l’unité la plus large pour relever ce défi revendicatif majeur. La CSA considère qu’il est arrivé
CONFEDERATION DES SYNDICATS AUTONOMES DU SENEGAL
Maison des Travailleurs de la CS A Parcelles Assainies Unité 22 Villa N°10

Tél : 33 835 13 08 – BP. : 10224 Dakar –Liberté
Email : csasenegal@yahoo.com

le temps de la concertation technique, de la mobilisation et de la mise en ordre de bataille
des travailleurs pour mener victorieusement ce combat.
Dans le même élan, pour la CSA, il importe de prendre en charge, la juste et légitime
revendication d’augmentation des pensions de retraite au FNR où elles stagnent depuis une
dizaine d’années et la mise en œuvre effective de la pension minimale à l IPRES, ce, du
reste, conformément à l’engagement du Gouvernement pris lors de la 2 e conférence sociale.
S’agissant du monde rural, la CSA exige l’implication du Syndicat des Eleveurs de la
Nouvelle Génération, SENG dans toute concertation concernant l’élevage. La libre
circulation du bétail dans l’espace communautaire ne saurait en aucun cas se faire au
détriment de l’élevage local.
De la même manière le Bureau confédéral engage l’Etat du Sénégal à prendre de manière
diligente toutes les dispositions pour que la prochaine campagne de commercialisation
arachidière ne connaisse pas les errements de la précédente.
Enfin, la CSA attend du Président de la République un arbitrage diligent de l’appel d’offre
dans le sous-secteur de l’hydraulique urbaine, où le blocage en cours risque de perturber
l’équilibre actuel et les efforts importants consentis depuis plus d’une vingtaine d’année.
Le Bureau confédéral réitère ce même appel afin de sauver l’Agence de Presse
Sénégalaise (APS) et au-delà pour la mise en œuvre des réformes attendues pour un
service public de l’information performant.

Dakar, le 21 Septembre 2018

Le Bureau Confédéral de la CSA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici