Jusque-là un véritable point d’achoppement entre les autorités locales de l’éducation et l’union préfectorale du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG), la question liée à la mutation des enseignants pour ‘’fait de grève’’ vient de connaître son épilogue. Le directeur préfectoral de l’éducation –DPE-, avec l’implication des autorités à tous les niveaux, est revenu ce lundi 28 janvier 2019 à travers une note de services, dont une copie est parvenue à Guinéenews©,  sur la décision liée à la permutation d’encadreurs pendant la grève.

Cette note de service vient ainsi mettre fin à une crise ayant entrainé la perturbation des cours depuis le vendredi 24 janvier dernier. A cet effet, elle constitue aussi un ouf de soulagement pour l’enseignement des acteurs impliqués pour la résolution de la crise.

« C’est le fruit des efforts conjugués par les autorités à tous les niveaux en plus des sages. C’est aujourd’hui que nous sommes tombés d’accord sur ce point après plusieurs tentatives. Nous avons reçu la décision. Les enseignants mutés  peuvent se retourner à leur poste d’avant la grève. Les cours vont reprendre dès demain. Nous nous réjouissons vraiment de ce dénouement de cette crise », s’est félicite Aliou Koïn, le président de l’organisation de la société civile de Lélouma.

Sur la même logique, Thierno Souleymane Diallo, premier vice maire de la commune urbaine et président de la section santé et éducation, a loué les efforts des acteurs impliqués pour la résolution de la crise avant d’appeler les élèves et les enseignants à reprendre dès demain le chemin de l’école.

Quant au président de l’Union préfectorale du SLECG, il a indiqué que désormais, il revient aux élèves et à leurs parents de comprendre que leur action vise tout simplement à améliorer les conditions de travail des enseignants et ce n’est dirigée contre personne.

« Cette perturbation des cours était liée aux mutations d’enseignants pendant la grève. Mais comme une issue vient d’être trouvée, on ne peut que nous en réjouir. Aux parents d’élèves et élèves, veuillez comprendre que cette perturbation ne vise personne. Nous voulons simplement que les élèves étudient dans les meilleures conditions. Je suis soulagé en tant que secrétaire général de l’Union préfectorale du SLECG à Lélouma. Je demande donc aux enseignants de reprendre les cours dès demain (mardi 29 janvier 2019, ndlr) », a-t-il dit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici