Les enseignants d’EPS ne seront pas intégrés comme prof !

0
1153

Les enseignants d’EPS expriment leur amertume face à ce qu’ils assimilent à de l’injustice. En effet, lors de la signature du décret, le 3 octobre derniers, les Maitres d’EPS espéraient voir le bout du tunnel avec le reversement dans le corps des Professeurs de Collège d’Enseignement Moyen (PCEM -EPS). Mais hélas, dans ce dit décret, l’article 12 qui les prenait en compte a été purement et simplement retiré. Une situation qui met les enseignants d’EPS dans tous les états.

Khalifa Ababacar Ndiaye tranquille, secrétaire général de l’Association Nationale des Enseignants d’EPS du Sénégal adressé une lettre à ses collègues pour attirer leur attention sur la gravité de la situation dont une copie est parvenue à la rédaction de xibaaru.

À L’ATTENTION DE TOUS LES ENSEIGNANTS D’EPS DU SÉNÉGAL

Chers collègues

« Qu’il ne soit jamais dit par les générations futures d’enseignants d’EPS que l’indifférence, le cynisme et l’égoïsme de notre système étatique jumelés au laxisme de nos syndicats représentatifs ont empêchés toute une génération d’honnêtes agents de l’état d’avoir un plan de carrière motivant.

Je n’hésite pas à dire à tous les enseignants D’EPS DU SÉNÉGAL que chacun d’entre nous est aussi intimement attaché à son revenu mensuel qu’il oublie parfois ce que ses aînés ont dû sacrifier pour que tu en bénéficie. Et dès lors il reste plus qu’un devoir, une obligation morale d’en faire autant sinon plus pour les générations futures d’enseignants d’EPS.

Nous apprécions infiniment le rôle qu’ont joué les syndicats d’enseignants pour l’amélioration de nos conditions socio-professionnelles .Cependant, on ne peut ne pas leur rappeler qu’ils vont discuter aujourd’hui avec “”LE GARANT DE LA MATÉRIALISATION DES ACCORDS SIGNÉS ENTRE LE GOUVERNEMENT ET LES SYNDICATS “” sur l’avenir professionnel d’une catégorie d’agents de la fonction publique qui ont assez longuement souffert en silence.

Notre volonté commune d’exiger de l’état UN REVERSEMENT DANS LE CORPS DES PCEMG EN EPS, APRÈS LA MODIFICATION DU DÉCRET 77-1177, du 30 Avril 1977 qui a motivé notre mobilisation nationale, n’est pas une fin en soi. Elle n’est non plus une quelconque forme de sécession contre qui que cela soit, *mais pour ce qu’il renferme de meilleur demeure une nécessité.*

Nous disons *reversement d’abord, ensuite un plan de carrière motivant et cohérent.*

Lequel plan de carrière devrait permettre :

—aux collègues qui servent dans la formation technique et  professionnelle d’être traité au même titre que leurs pairs de l’enseignement général.

—au chargé de cours en EPS, de finir sa carrière comme inspecteur s’il a de l’ambition.

—au PCEMG-EPS de devenir instructeur

—au PEPS de devenir professeur dans les staffs de nos universités. Etc…

Utopique me dirons les pessimistes et les perdants, et à ceux-là je voudrai dire

peu importe qui vous êtes où qui vous avez été, la certitude est que vous pouvez être qui vous voulez. La seule limite à notre épanouissement professionnel futur sera nos doutes d’aujourd’hui sur notre capacité à diligenter la résolution de notre problème. Et à tous ceux qui pensent où qui voudraient nous faire croire qu’on est  très petit pour cela, demandaient leur d’essayer de dormir sous une moustiquaire avec un petit moustique et ils verront qui empêchera l’autre de dormir.

Pour ainsi dire que le résultat que vous obtenez face à une difficulté reste à 95% assujetti à votre façon de penser (soit positivement ou négativement).

Il ne faut pas penser à l’objectif à atteindre, mais pour ce qu’il renferme de meilleur, nous devons continuer d’avancer et toujours aller de l’avant. C’est ainsi à force d’avancer qu’on atteint ou qu’on double ses objectifs sans même s’en apercevoir.

Militons et invitons tout enseignant d’EPS de quelque catégorie que ce soit à militer de façon agissante à l’unification de la famille EPS. C’est seulement à ce prix qu’on pourra se doter d’une structure qui au-delà de sa fonction de sentinelle, pourra répondre à toutes les interpellations présentes et futures qui concernent n’importe quel aspect de L’EPS.

Le moment est venu de réduire les abîmes qui nous séparent.

Nous avons triomphé dans notre effort pour planter et insuffler l’espoir dans le cœur de milliers de nos collègues, avec nos tournées de sensibilisation partout dans le pays, Et Nous prenons l’engagement de bâtir une ASSOCIATION dans laquelle tous les membres pourront marcher la tête haute sans aucune crainte au fond de leur cœur, assurés de leur droit inaliénable à un travail assujettie à un plan de carrière motivant.

Nous comprenons bien qu’il n’y a pas de voie facile vers un quelconque triomphe. Nous savons bien que nul d’entre nous agissant seul ne peut obtenir la réussite de notre noble mission. Nous devons donc agir ensemble en tant que famille, de l’inspecteur jusqu’au chargé de cours en passant par les maîtres d’éducation populaire pour la construction d’un nouveau outil de réflexion, de partage et de sauvegarde des intérêts de ses agents, mais bien plus encore, de L’EPS elle-même.

Monsieur le PREMIER MINISTRE, Chers SG du G6, entre vos mains repose l’AVENIR SOCIO-PROFESSIONNELLE de 2451d’honnetes agents. Autant nous que la postérité vous jugeront sur la teneur de vos décisions d’aujourd’hui. Et d’elles, se définira soyez en certains, nos futures relations.

*Que nul n’ignore que nous avons largement dépassé le seuil de souffrance* *professionnelle humainement supportable.*

 Pour le bureau provisoire

 Le secrétaire général national

NDIAYE TRANKIL

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici