Les enseignants saignent, l’État inerte, l’éducation s’abâtardit.
 
Aujourd’hui, encore une fois, je trempe ma plume dans mon encrier pour peindre en peu de mots, beaucoup de maux qui hantent la quiétude des enseignants, au grand dam de l’éducation nationale.
 
L’enseignement est un métier passionnant, exigeant mais aussi et surtout alléchant, consistant à se donner entièrement pour l’édification de la société dans toutes ses composantes. Ainsi  les enseignants usent heureusement, et abusent  malheureusement, de leur matière grise pour former lumineusement les bouts de bois de Dieu que le destin leur a confiés. Toutefois, ce noble métier n’est pas reconnu à sa juste valeur par une large partie de la société. 
Je suis profondément atterré de constater que le corps enseignant – au lieu d’être enhardi, aiguillonné – est victime, ces derniers moments, d’insanités, d’accusations gratuites, de menaces, de sottises hilarantes , d’âneries blessantes mais aussi et surtout de la diabolisation à outrance  faite contre sa corporation venant de personnes, me semble-t-il, humainement anormales et intellectuellement indigentes. Hélas !
-Pensez-vous que c’est élégant de traiter  des gens auxquels  on a confié l’avenir des ses enfants  de coureurs de jupons ?
-Pensez-vous que c’est humain de traiter ces soldats d’abrutis, d’inconscients, de bandits, de nullards… ? 
Il faudra être un crétin, au sens latin du terme, pour ainsi penser  dès lors qu’un crétin fait toujours ses crétineries en conneries. Hélas !
Sans  occulter les lenteurs administratives, les scabreuses  conditions de travail, l’éloignement vis-à-vis de la famille, des amis…dont ils souffrent, je ne saurais passer sous silence  les multiples projets et programmes  pondus  de manière intempestive par l’Etat qu’il faudra mettre en œuvre. Et  pourtant… ils restent dignes et fiers .Bravo ! 
A l’heure actuelle, les enseignants saignent, l’Etat inerte, l’éducation s’abâtardit et les enfants de la nation en pâtissent…
 
Il faudra que chaque sénégalais sache que les enseignants ne sont pas des ordures, mais bien plutôt des ors  durs. Ils ne sont pas n’importe qui et n’importe qui n’est pas enseignant.  Ainsi donc, ils méritent un respect, une  considération et des congratulations.
 
Par Moussa Gning,
Le serviteur !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici