Le décret est passé presque inaperçu. Mais depuis juillet dernier, les droits d’inscription à certains examens et concours connaissent une hausse de 300%. Les parents d’élèves en Cfee, à l’entrée en sixième et au Bfem sont concernés.

Diviser pour mieux régner. Alors que les syndicats d’enseignants sont encore empêtrés dans les recours des élections de représentativité de l’année dernière, le ministre de l’Education en profite pour faire passer sa politique. Dans ce cas précis, une décision portant création d’un fond d’appui aux examens et concours (Faec) qui a été érigée en décret en juillet dernier. Sans tambour ni trompette. Alors que ce Fonds, destiné dans le texte à appuyer l’organisation matérielle et financière des examens et concours et à aider à la prise en charge du personnel d’appoint dans ces activités, n’est ni plus ni moins qu’une augmentation des frais d’inscription aux examens du Cfee, de l’entrée en 6é, du Bfem et quelques examens professionnels dont le recrutement des élèves-maîtres. De 250FCFA, les droits d’inscription des examens de l’élémentaire passent à 1000FCFA. Du coté du moyen secondaire, les collégiens devront débourser 2000FCFA au lieu de 500FCFA pour avoir le droit de passer le Bfem. Le concours d’élèves-maitres est quant à lui désormais fixé à 10000 FCFA, soit le double du droit initial. Des hausses de 100 à 300% qui interviennent 23 ans après le dernier texte (1994) instituant ces frais. Pour la Direction des examens et concours, il s’agit de remettre à jour des montants rendus désuets par l’augmentation du nombre d’épreuves et par la hausse du prix des intrants.. .Avec Lobs

Source: Dakarevent

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici