Ministère de l’Élevage: recrutement d’un Spécialiste en chaine de valeur

0
238

Contexte et justification

Dans le cadre d’une initiative, la Banque Islamique – (BID) et le Groupe de la Banque mon­diale (BM) ont signé un « Cadre de partenariat stratégique » entre les deux institutions. Le cadre vise à renforcer la coopération entre la Banque Islamique et la Banque mondiale pour faire face aux problèmes de développement auxquels sont confrontés les pays membres communs. L’un des domaines clés du cadre comprend la consolidation de la résilience dans la région du Sahel pour améliorer la sécurité alimentaire et la gestion des ressources natu­relles des éleveurs. C’est dans ce contexte que la BID a collaboré avec la Banque mondiale pour financer le programme régional de soutien au pastoralisme au Sahel (PDDPS). Ainsi, en Juin 2014, au 40ème anniversaire de la BID à Djeddah, Bill Gates, co-président de la fon­dation Bill & Melinda Gates (Fondation Gates) et le Dr Ahmad Mohammed Ali, Président du Groupe de la BID ont annoncé qu’ils travaillent à mettre en place un fonds novateur pour combattre la pauvreté dans les pays musulmans. Ce partenariat connu sous le nom de ‘Lives and Livelihoods Fund (LLF) va pourvoir jusqu’à $2.5 milliards sur cinq ans à travers un financement compatible à la Sharia et ayant pour objectifs de sauver des vies et amé­liorer les moyens d’existence des populations. Ce sont les pays membre de la BID qui sont soit à faible revenu ou intermédiaire selon la classification de la banque mondiale qui sont ciblés. C’est dans ce cadre que s’inscrit le Projet de Développement Durable du Pastora­lisme au Sahel (PDDPS) qui a été identifié comme étant une opportunité d’un développe­ment effectif, lequel pourra mettre des millions de personnes hors de la pauvreté et de l’insécurité alimentaire au Burkina Faso, au Mali, au Mauritanie, au Niger, au Sénégal et au Tchad. Ce projet vient en complément au Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel (PRAPS) qui est financé par la Banque Mondiale et au Projet Régional de Dialogue et d’In­vestissement pour le Pastoralisme au Sahel et dans les pays côtiers de l’Afrique de l’Ouest (PREDIP) en cours de formulation avec l’appui financier de l’Union Européenne. Le finan­cement potentiel s’élève à plus de 200 millions de dollars avec pour chaque composante nationale un budget de 30 millions de dollars américains pour une durée de 5 ans.

Le Ministère de l’Elevage et des Productions animales, à travers le Projet de développement Durable du Pastoralisme au Sahel (PDDPS), utilise une partie de ces fonds pour recruter pour son unité de coordination un expert en chaine de valeur.

Profil du poste du Spécialiste en chaine de valeur

Diplôme et expérience

  • Diplôme de niveau BAC + 5 ou plus dans les domaines de l’élevage ou de l’agriculture avec une spécialisation et /ou des connaissances avérées de la démarche des chaînes de valeurs ;
  • Une bonne connaissance académique du développement des chaînes de valeurs. Un di­plôme en chaine de valeur serait un atout ;
  • Avoir sept (07) ans d’expérience professionnelle dont au moins 03 ans dans un projet de développement rural et/ou dans des activités similaires ;
  • Avoir une bonne connaissance du milieu pastoral/agropastoral sénégalais et des régions du Projet »;
  • Avoir des connaissances en gestion de subventions pour les éleveurs et le secteur privé *
  • Bonne connaissance de la problématique du développement rural en général, de l’éle­vage en particulier, de l’accompagnement des éleveurs et de leurs organisations pour le développement des chaînes de valeur lait et petit ruminants ;
  • Grandes qualités d’écoute et de compréhension du milieu rural et des activités agro-sylvo-pastorales ;
  • Bonne condition physique avec aptitudes à effectuer des déplacements sur le terrain pour le suivi et la supervision des opérateurs recrutés par le projet.

Aptitudes

  • Bonne connaissance de l’organisation des filières animales : lait et petits ruminants ;
  • Bonne connaissance des itinéraires de productions animales et des process de transfor­mation du lait ;
  • Aptitude à travailler en groupe avec différents cadres, avec différents services de l’ad­ministration, les entreprises, les autres projets, les ONG, les associations, les OPE et groupements de producteurs agricoles ou d’éleveurs ;
  • Bonne maîtrise des outils bureautiques (Word, Excel, PowerPoint), d’Internet et de la messagerie électronique;
  • Excellente expression orale et écrite en français ;
  • Capacité à travailler en équipe et sur le terrain.

Tâches et responsabilités du Spécialiste en chaine de valeur

Sous l’Autorité du Coordonnateur et la supervision du Directeur Technique, il (elle) est res­ponsable de l’appui au développement des chaînes de valeurs lait et petits ruminants du Projet avec les taches suivantes :

  • L’analyse des filières lait et petits ruminants dans la zone du Projet et des opportunités de développement de marchés ;
  • L’inventaire et ciblage des acteurs directes et indirectes engagés dans les chaînes de va­leurs lait et petits ruminants dans la zone du Projet ;
  • Le développement de modèles améliorés, semi-intensifs de production de lait et de pro­ductions ovines ;
  • Le développement de l’accès au financement et de la fourniture d’intrants, de services vétérinaires et d’appui conseil de qualité pour tous les producteurs engagés dans les chaines de valeurs lait et petits ruminants ;
  • Développement de centres de collecte et d’unités de transformation du lait fonction­nelles et rentables par l’accès au financement ;
  • Promotion des produits laitiers locaux au niveau des marchés de consommation ;
  • Développement et ou promotion de la commercialisation et le marketing des animaux (petits ruminants) au sein des marchés à bétail construits ;
  • Développement de partenariats d’affaires entre acteurs de la production, de la collecte, de la transformation et de la distribution des produits laitiers et des petits ruminants ;
  • Préparation du PTBA et élaboration des rapports trimestriels et annuels sur la compo­sante.
  • Toutes autres tâches confiées par le coordinateur du Projet.

Depot des dossiers de candidature

Les dossiers de candidature comprenant, un curriculum vitae détaillé, les copies légali­sées des diplômes, les attestations de travail ou de bonne fin d’exécution de contrat, un certificat de nationalité sénégalaise, un extrait d’acte de naissance et un casier judi­ciaire datant de moins de trois (3) mois seront déposés sous pli fermé au Secrétariat de l’unité de Coordination du Projet de développement Durable du Pastoralisme au Sahel (PDDPS), dans les locaux du Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel (PRAPS), sphères ministérielles de Diamniadio- bâtiment C, 6éme étage , Dakar avec la mention «cCandidature au poste de spécialiste en chaine de valeur du PDDPS» ou par mail aux adresses suivantes : contacts@praps.sn

La date de clôture est fixée au mardi 26 février 2019 à 12 heures

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici