PROMOTION DU GENRE A L’ECOLE : l’IA de Kolda déroule sa leçon

0
181

Au moyen d’une série d’activités centrée sur la sensibilisation, le plaidoyer, la mise en place de structures visant à promouvoir l’égalité de genre à l’école, entre autres, le bureau Genre de l’Inspection d’Académie de Kolda entend traduire en actes, dans l’espace scolaire, la réalité, au Fouladou, d’une société solidaire, sans discrimination, où hommes et femmes ont les mêmes chances de participer à son développement et de jouir des bénéfices de sa croissance.

Deux instruments font la fierté des femmes qui combattent les injustices faites aux filles. L’Associations de Mères d’Elèves (AME) et les Clubs Genre  constituent de solides boucliers face   à l’épineuse question des mariages et grossesses précoces aux effets dévastateurs ces dernières années. C’est du moins la conviction du Bureau Genre de l’IA.

Pour s’en expliquer, la responsable du Bureau Genre Madame Hawa Kandé Diao avance que dans la période de 2016-2018, « une dizaine d’Associations de Mère d’Elèves pour un même nombre de clubs Genre ont été mis sur pied pour sensibiliser contre les violences basées sur le genre à l’école, notamment les grossesses non désirées  et les mariages d’enfants. Ce qui a permis d’améliorer le taux de maintien des filles à l’école ». Elle précise que ces structures font partie des leçons apprises dans le cadre de la mise œuvre du Projet d’Amélioration des Filles (PAEF Plus).  

En collaboration avec le Programme d’Eradication des Grossesses en Milieu Scolaire au Sénégal (PEGMISS), l’Inspection d’Académie est parvenue à faire adopter par les acteurs de l’éducation dans bon nombre de collèges et lycées de la circonscription académique, un code d’éthique et de conduite pour juguler les grossesses à l’école.

Le bureau genre de l’IA veille, appuie et assure le suivi de la prise en compte de la question genre dans les programmes et projets développés dans le formel et le non formel, précise Madame Diao. La promotion des femmes dans des postes de responsabilités n’est pas en reste. Ce bureau chargé de la question Genre et le Réseau des Femmes enseignantes font cause commune pour la responsabilisation des femmes dans des postes de direction.

« Aujourd’hui, elles sont nombreuses à être promues cheffe d’établissements.  Dans le seul département de Kolda, « on compte une proviseure à Saré Yoba, deux principales de collège à Saré Billaly et Bantacounda, une directrice au Bloc Scientifique et Technique créé cette année dans la commune de Kolda ». Sans oublier les femmes directrices d’école », s’est félicité le responsable du Bureau des Ressources Humaines de l’IA. Le bureau Genre œuvre aussi pour l’accès équitable des garçons et des filles dans les établissements d’enseignement professionnel et technique, mais aussi pour la réussite des filles dans les filières scientifiques à travers le concours Miss Mathématique organisé chaque année.

Des activités de plaidoyer et de sensibilisation sur le genre sont menées en direction   des acteurs de la communautés éducative ainsi que des actions de renforcement de capacités des enseignants des chefs d’établissements entre autres, en rapport avec le bureau Formation. Dans ses missions, le bureau genre impulse et appuie la recherche-action sur la question de l’égalité de sexe dans l’éducation.

De quoi faire dire que le Bureau Genre de l’IA travaille en collaboration avec les acteurs de l’école à « promouvoir l’éducation pour tous, partout dans la circonscription académique ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici