Sécurité de l’internet: Le Sénégal pays référence

0
330

Abdoulaye Bibi Baldé, Ministre de la Communication, des Télécommunications, des Postes et de l’Économie numérique, a présidé, hier, le lancement de l’Initiative multipartite sur la sécurité de l’internet  des objets. Le Sénégal a été cité comme une référence dans ce domaine.

 Le Sénégal a été choisi, en compagnie du  Japon  et du  Canada, par  l’Internet Society comme référence pour leur utilisation du modèle  multiparties prenantes dans l’élaboration de politiques publiques et de processus réglementaires. C’est un honneur pour le pays de la Teranga de lancer cette approche collaborative visant à identifier les défis et les solutions pour garantir la sécurité de l’internet des objets.  Ce qui pousse le Ministre de la communication, Abdoulaye Bibi Baldé, à dire que l’internet des objets est un enjeu important. Il est important de garantir la sécurité et la confiance des  usagers. « Cette  rencontre vient à son heure. Nous sommes déjà dans le processus  d’actualisation du cadre juridique et l’internent des objets. C’est extrêmement important pour le développement du secteur et nous sommes conscients de cette évolution », a déclaré le ministre. A l’en croire, aujourd’hui, il y a de l’insécurité et des dérives. Ce qui nécessite beaucoup de choses à encadrer. A cette occasion, il est largement revenu sur l’article 27 du code des communications électroniques. Selon lui,  il n’y a pas de dispositions qui font penser à  limiter à l’accès à l’internet. L’article 25 dit qu’il y a un accès ouvert à l’internet. Ce code vise plutôt la concurrence, rendre l’internet accessible et démocratique.

Quant à Madame Ndèye Maimouna Diop, Présidente du Chapitre sénégalais Internet Society, elle a fait savoir que l’internet des objets est l’ensemble des objets connectés à internet. « Aujourd’hui, avec le développement de l’internet des objets, les technologies des Africains sont capables de montrer et de démontrer leur savoir-faire. C’est dans ce cadre que l’internet society a choisi le Sénégal pour sa culture de dialoguer. A chaque fois qu’on a fait une politique, on le fait ensemble avec le secteur privé et la société civile », a expliqué  Mme Diop. Selon le représentant du Directeur de l’Autorité de Régulation des  Télécommunications et des Postes (ARTP), avec un taux de pénétration de 68,5% en septembre 2018 au Sénégal, l’internat constitue une avancée fondamentale pour la société de l’information. « L’internet des objets accélère et facilite l’usage du numérique dans tous les domaines de la vie en société comme  l’éducation, la santé, la sécurité publique, l’agriculture et le commerce, etc. », a-t-il déclaré. A l’en croire, en complément à leur participation à cette initiative hautement salutaire, l’Autorité de régulation a lancé, en octobre dernier, une consultation publique sur  l’internet des objets et souhaite recueillir les avis et suggestions de toutes les parties prenantes.

En effet, l’initiative multipartite a pour objectif de mettre en place, sur 18 mois, une approche collaborative visant à identifier les défis et les solutions actuels et potentiels, pour une politique de grande envergure régissant la sécurité de l’Internet des objets au Sénégal.

 

Zachari BADJI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici