THIÈS : DES ÉTUDIANTS MARCHENT POUR LA RÉOUVERTURE DES RESTAURANTS UNIVERSITAIRES

0
229
Des étudiants de l’université de Thiès ont marché jeudi pour réclamer la réouverture des restaurants universitaires, qui ont fermé leurs portes depuis mardi, en attendant le règlement d’une dette d’un milliard de francs CFA que leur doit l’Etat, a constaté l’APS.
 
Des étudiants affiliés à la Conférence des présidents d’amicales d’étudiants de l’université de Thiès, ont marché de la station EDK sur la route de Dakar jusqu’au monument Transrail, devant la direction de l’actuelle société Dakar Bamako ferroviaire (DBF), traversant une bonne partie de la ville.
 
Au cri de ‘’Nous avons faim !’’ , ‘’du riz ! du riz !’’, l’un d’eux, en tête de pont brandissant un bol, les étudiants ont, dans une bonne ambiance qui cache mal leur détresse, transmis leur message aux passants, ahuris.
 
La marche pacificique a été encadrée par la police.
 
Le président de la Conférence des présidents d’amicale de l’Université de Thiès Serigne Mansour Diène a qualifié de ‘’honteuse’’ cette situation où des étudiants qui devaient être en train de suivre leurs cours, sont sortis dans la rue pour demander leur ‘’droit le plus basique’’, qui est de manger. 
 
Certains étudiants, ont dû faire le tour des gares routières mercredi pour tendre la main aux bonne volontés, afin de pouvoir assurer leur restauration, a-t-il ajouté, non sans préciser que le fruit de leur quête était loin de suffire aux 5.000 étudiants de l’Université de Thiès (UT).
 
‘’Depuis le 20 (novembre), les restaurants sont fermés à cause d’une dette insignifiante d’un milliard de francs CFA que l’Etat doit aux repreneurs’’, a-t-il souligné. 
 
Les restaurants de l’Ecole polytechnique de Thiès (EPT), de la Voie de contournement nord (VCN), de l’ISPAR, de l’Ecole nationale supérieure d’agriculture (ENSA), et l’Hôtel du rail, qui servent de la nourriture aux 5.000 étudiants de l’UT ne fonctionnent plus depuis deux jours, relèvent les étudiants
 
Notant que les étudiants ont opté pour une démarche pacifique depuis l’annonce, la semaine dernière, par les repreneurs de l’arrêt des services de restauration, M. Diène a prévenu qu’ils vont intensifier leur mouvement si aucune solution n’est trouvée d’ici lundi.
 
Pour lui, les responsabilités de cette situation ‘’inconcevable’’ sont partagées par l’Etat et le Centre régional des œuvres universitaires de Thiès (CROUST).
 
La rencontre prévue mercredi entre le ministre de l’Enseignement supérieur Mary Teuw Niane et le repreneurs, n’a finalement pas eu lieu, a-t-il déploré, estimant que l’Université de Thiès est ‘’négligée’’.
 
‘’Nous voulons étudier, mais nous ne pouvons pas le faire dans ces conditions’’, a relevé Serigne Diène, regrettant le fait que cette fermeture risque d’aggraver le ‘’retard’’ déjà accusé par certaines filières. 
 
Cheikh Touré, président de l’Institut universitaire de technologie (IUT), membre de la Conférence des amicales, a relevé que le non-paiement des bourses est venu aggraver les choses.
Les étudiants décideront en assemblée générale, de la reprise ou non des cours, en attendant la réouverture des restaurants universitaires. 
 
Les étudiants de l’Université Cheilh Anta Diop de Dakar (UCAD) et de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (UGB) étaient confrontés à la même situation jusqu’au règlement, le 14 du mois courant, de la dette de l’UCAD, a relevé Serigne Diène. 
 

ADI/OID

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici