Actualité Ecole ÉCOLE ÉLÉLMENTAIRE

UN PROGRAMME D’ÉDUCATION ROUTIÈRE POUR SÉCURISER LES ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES

 Un programme d’éducation routière à l’école a été officiellement lancé mercredi à Dakar, dans le but notamment de sécuriser les établissements les plus exposés à travers un dispositif adapté.

’’Ce programme vise à sécuriser un large périmètre autour des établissements les plus exposés par l’aménagement des espaces environnants en dispositifs sécuritaires’’, a expliqué Ndèye Awa Sarr, présidente de l’ONG Laser International, lors de la cérémonie de lancement.
 
Laser International, membre d’un réseau d’organismes de sécurité routière à finalités éducatives, sociales et culturelles, est une ONG spécialisée dans la mise en œuvre des programmes de sécurité routière. 
 
Ce programme vise également à permettre aux élèves de s’imprégner des principaux panneaux de signalisation, à former des pairs-relais et à mobiliser les acteurs sociaux sur la problématique de la sécurité routière, a indiqué Mme Sarr. 
 
Il s’agit, selon elle, de définir “un cadre adéquat” devant faire de la route un espace public de partage et de civisme et non un lieu où s’exerce la violence contre les écoliers. 
 
Elle rappelle que les enfants et les jeunes dont l’âge est compris entre 0 et 25 ans comptent pour plus de 30% parmi les morts et les blessés dans des accidents de circulation à travers le monde, le Sénégal enregistrant 15% des victimes de moins de 13 ans, signale-t-elle. 
 
Mme Sar affirme que ce programme d’éducation routière à l’école s’inscrit non seulement dans une droite ligne des “orientations prioritaires” du gouvernement, mais aussi des recommandations des Nations unies et autres organisations internationales.
 
Dans le cadre des actions de l’ONG Laser International, depuis 2012, “plus de 100 mille enfants ont pu bénéficier d’une formation de qualité sur les bases de sécurité routière’’, affirme sa présidente.
 
’’Il faut renforcer la compétence des usagers de la route, car en matière de sécurité, tout le monde doit être impliqué’’, a pour sa part souligné le secrétaire général du ministère des Infrastructures terrestres et du Désenclavement, Modo Kane Diaw. 
 
Il a de ce fait appelé à la mise en place d’un module d’enseignement de 50 heures sur la sécurité routière dans des écoles, afin de permettre aux élèves d’être de plus en plus sensibilisés sur ce sujet.
 
M. Diaw a déploré le mauvais comportement des usagers de la route, à l’origine selon lui de nombreux accidents de la route, avant de plaider pour qu’ils puissent bénéficier de sessions de formation, en vue de généraliser les efforts consentis.
 

AMN/BK

APS

Leave a Comment