Université Houphouët-Boigny: débrayage de plusieurs enseignants au 1er jour d’une

0
170

Débrayage de plusieurs enseignants, lundi, à l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan (publique), la plus grande du pays, au premier jour d’une grève d’un an des instructeurs, pour exiger la levée des sanctions à l’endroit de huit de leurs collègues.Réunis au siège de l’organisation syndicale, dans l’enceinte de  l’établissement,  plusieurs enseignants membres de la Coordination  nationale des enseignants et chercheurs de Côte d’Ivoire (CNEC),  observaient lundi un arrêt de travail. Et ce, pour une durée d’un an.  

Selon  Johnson Kouassi Zamina, secrétaire général de la CNEC, cette grève  décidée en Assemblée générale le 31 janvier 2019, vise à « lancer la  réciprocité aux décisions prises par le Conseil de l’université et aux  différents règlements de plus en plus de nature à rabaisser les  enseignants ». 

Suite à une irruption de huit  enseignants de la CNEC dans la salle du Conseil et « sans rendez-vous » de  ceux-ci « venus agresser le Comité de direction, nous avons pris des  sanctions disciplinaires contre eux », a expliqué à la presse Atta  Koffi, également en charge de la négociation.  

Ces  individus, dira-t-il, venaient rencontrer le Conseil « pour s’enquérir  si on avait payé les heures complémentaires et si on avait payé les  salaires, alors que tout cela avait été déjà faits ». Dans les échanges,  ils ont « commencé à proférer des menaces », ce qui est « innaceptable  ». 

« Nous leur avons adressé des demandes  d’explication et ces demandes sont restées sans suite. Nous avons  suspendu deux d’entre eux pour un an (de toute activité académique) et  nous avons blâmé six», a fait savoir M. Koffi, avant d’ajouter « la main  (du Conseil) est tendue pour la table des négociations ».  

«  Cette main tendue a été formalisée à travers tous nos documents que  nous avons produits (mais eux) ils ont opté pour une voie de  radicalisation, alors que nous avons opté pour une voie pacifique », a  fait remarquer Atta Koffi,  vice-président en charge de la Coopération.    

Il a toutefois précisé qu’ « il y a une main  tendue, nous les attendons, mais qu’ ils viennent présenter au moins  leurs excuses », tout en insistant « les sanctions, pour l’instant, ne  pourront pas être levées sans un geste de leur part ».

Selon  professeur Atta Koffi, « la grève n’est pas suivie », à preuve les  cours programmés se sont maintenus, surtout « à l’UFR des sciences  économiques et de mathématiques ». C’est seulement en pharmacie où il a  été signalé des grévistes, mais la direction est intervenue pour la  poursuite des cours.

Quelques cargos de la  police étaient présents devant la présidence de l’université. Interrogé  sur la protection du corps enseignant et des étudiants, M. Koffi a  assuré que « la sécurité est garantie ». Par conséquent,  ils ne  risquent rien. 

« La fin de cette crise dépend »  de l’organisation syndicale. «Nous, nous sommes ouverts au dialogue,  donc on les attend », a-t-il dit, lançant un appel aux étudiants à «  venir tranquillement » aux cours ainsi que les enseignants. 

Révoltés,  les enseignants issus de la CNEC ont décidé de se mettre en grève sur un  an. Ce lundi, premier jour de la grève, l’administration de cette  université publique qui accueille plus de 50.000 étudiants, était  ouverte.  

L’Assemblée générale de la CNEC a  décidé par « effet de réciprocité de suspendre toutes les activités  académiques dans toutes les structures universitaires pendant une année à  compter du lundi 4 février 2019 jusqu’au 04 février 2020 (équivalent à la  durée de suspension de leur collègue) et exigé l’annulation des  sanctions encourues ».  

La plate-forme de  l’université virtuelle (où sont dispensés des cours en ligne), à en  croire le secrétaire général de la CNEC, était fermée ce lundi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici